Ta belle histoire

La jeune Maritza vit en harmonie

Les rires, la famille

Erevan, son ami

Il lui écrit des doux billets d’amour

Il lui promet de l’aimer pour toujours

 

Martiza n’avait pas encore 30 ans

Ni les cheveux blancs

Qu’elle a à présent

A peine le temps d’apprendre à raconter

L’histoire de son ami qu’elle a du le quitter

 

Et si un jour ça devait arriver

La folie, la haine

Bêtise inhumaine

Et si ça devait arriver un jour

Elle ne laisserait

Que ses billets d’amour

 

Les yeux gris comme une terre brulée

Ils étaient verts

Pourtant hier

Elle continue encore à espérer

Dire à Erevan

Je t’aime, même en français

 

Et si un jour ça devait arriver

La folie, la haine

Bêtise inhumaine

Et si ça devait arriver un jour

Elle ne laisserait

Que ses billets d’amour

 

Mamie Maritza, loin de l’Arménie

Elle pleure, se souvient

Elle serre fort ma main

Elle me fait promettre de dire à mes fils

Qu’on leur pardonne

Même si leur arme nie

 

Et si un jour ça devait arriver

L’amnésie s’éveille

La mémoire s’enraye

Et si ça doit m’arriver à mon tour

Je leur lirai ta belle histoire d’amour

Histoire d’amour,

Histoire d’amour