Les gens qu’on aime

J’aurais pu traîner le long de mes rêves

J’aurais pu l’air de rien

Attendre ici que la journée s’achève

Sortir le chien, si j’en avais un

 

J’aurais pu m’inventer des inventaires

Refaire et faire le point

Mais ce matin, j’ai bien plus cher à faire

bamdabadabam

 

Ce matin, j’irai dire aux gens que j’aime

Oh juste merci d’être ce qu’ils sont

Qu’ils changent mes heures amères en poèmes

Et tous ces mots que nous taisons

 

Ce matin, j’irai dire aux gens que j’aime

Oh comme ils comptent pour moi chaque instant

2 mots doux c’est mieux qu’un beau requiem

Et les dire c’est important

Les dire avant, tant qu’il est temps

 

On veut toujours attendre la prochaine,

Remettre au lendemain

C’est bien plus simple d’émettre des haines

Bien anonyme, tapi dans son coin

Et coulent nos vies, et  l’eau des fontaines

L’avide quotidien

Et passent les jours, et puis les semaines

bambadabada

 

Ce matin j’irai dire aux gens que j’aime

Oh juste merci d’être ce qu’ils sont

Qu’ils changent mes heures amères en poèmes

Et tous les mots que nous cachons

 

Ce matin j’irai dire aux gens que j’aime

Oh comme ils comptent pour moi chaque instant

2 mots doux c’est mieux qu’un grand chrysanthème

Et le dire c’est important

Le rappeler de temps en temps

 

J’aurais pu trainer le long de mes rêves

J’aurais pu l’air de rien

Attendre ici que la journée s’achève…

bamdabadabam

 

On devrait dire aux gens quand on les aime

Trouver les phrases, trouver le temps

Qu’ils changent nos heures amères en poème

On devrait tout se dire avant

 

Il faut le dire aux gens quand on les aime

Comme ils comptent pour nous chaque instant

Les mots doux c’est mieux qu’un beau requiem

Et tant qu’on est là, bien vivants

Tout se dire tant qu’il est temps